l'écoute empathique : un très bel outil à utiliser

Je souhaiterais vous parler d’un outil très pertinent et quasi indispensable pour améliorer nos relations avec nos enfants et avec les autres en général : l’écoute empathique ou écoute active.

Vous en avez sans doute entendu parler par Carl Rogers, dans la méthode Gordon. La Communication Non Violente y fait référence également, Faber et Mazlish l’utilise aussi pour accueillir les émotions négatives de l’enfant. Tout un programme.

Pour résumer, je dirais que c’est entendre l’autre. Essayer de se déconnecter de ce que l’on a envie de lui dire, pour l’écouter et pouvoir reformuler sans donner de conseil, ni rien ajouter. Etre là et entendre en nous connectant le plus possible à ce que l’autre nous dit. Ecouter avec son cœur ♥

Chez l’enfant : Cela permet très souvent d’accueillir une émotion et de se sentir reconnu dans ses ressentis. Cela permet également parfois de susciter sa coopération, de l’aider à trouver ses propres solutions.

 

On peut l’utiliser très concrètement :

Un petit hibou de presque 2 ans qui ne veut pas être attaché dans son siège alors que c’est l’heure de partir chez la nounou. Il se met à pleurer, raide comme un morceau de bois, on essaie d’accueillir ce qu’il essaie de nous dire «  tu n’as pas envie d’être attaché, ce n’est pas agréable d’être attaché » et on se connecte à lui pour communiquer. « Tu préfèrerais rester à la maison ? Tu n’as pas envie d’aller chez ta nounou ? »  Bien souvent pendant que je lui  laisse quelques secondes pour l’écouter, je réessaie de l’attacher en lui parlant encore et souvent cela désamorce son désaccord. Il est alors indispensable de ne pas essayer de le convaincre, ni de lui expliquer la nécessité de l’attacher mais juste reconnaitre qu’il n’a pas envie, qu’il n’est pas d’accord.

 

Un autre échange  avec Grand Lapin de 4 ans

« C’était nul l’école aujourd’hui ! ».

Tu veux dire que tu as eu une journée difficile

. « Oui, j’ai pleuré parce que la maitresse m’a disputé « 

« Cela a dû te rendre triste. »

  « Oui elle m’a mis sur une table seul pour travailler »

« Ah… »

  «  Elle a cru que j’avais jeté mon dessin sur l’autre maitresse. »

« Ah bon »

« En fait j’ai jeté mon dessin en l’air et je n’ai pas réussi à l’attraper et il est tombé sur la maitresse. »

«  Tu as dû être peiné d’être isolé alors que tu n’as pas voulu faire exprès »

« Oui » et puis il m’a parlé d’autre chose.

 

Dans le module d’introduction à la CNV que j’ai faite, il y a quelques semaines, notre formatrice Emmanuelle Straub disait que majoritairement les besoins ont besoin d’être entendu et pas forcément satisfaits.

Je suis également profondément persuadée que si nos besoins sont reconnus, nous serons bien plus enclins à accepter qu’ils ne soient pas en permanence satisfaits.

 

Citation de Carl Rogers sur l'écoute active... « L’être humain a en lui toutes les ressources nécessaires pour évoluer et s’en sortir ; de plus, dans certaines conditions facilitantes, il est à même de les mettre en place par lui-même ».
On peut constater qu’à chaque fois, je dis bien à chaque fois, cela permet à la personne accompagnée de se sentir écoutée, prise en compte (...). Dès lors, elle va plus loin et nous en dit plus. Au fond, elle s’en dit plus à elle-même.
Si je ne croyais pas au côté évolutif et en la positivité de la personne que j’accompagne, je ne lui prêterais pas cette possibilité de réorganiser ses perceptions et de faire émerger le potentiel de liberté qu’elle a en elle."

 

Je dirais juste une chose : l’écoute empathique est un bel outil pour embellir les relations.  Essayez !

 

 

cOeurs multicOlores

Marcus D 07/04/2015 16:39

Cet article m’a été très utile et je pense qu’il va m'aider à mieux écouter mon enfant.

Magali VA © 2016 -  Hébergé par Overblog