L'arrivée de petit lapinou dans la famille des petits lapins verts...

ll y a un an et quelques jours, je mettais au monde un joli Lapinou.

 

Je vais donc m'atteler ce soir à raconter sans retenue ni fausse pudeur le jour si particulier que fut la rencontre avec notre bébé.

Vendredi 12 novembre 2010 : Je suis à une semaine du terme (prévu le 21) et je souhaite plus que tout  ne pas accoucher le jour prévu car c'est l'anniversaire de mon beau-père, avec qui j'entretiens des rapports parfois conflictuels et ce n'est pas quelqu'un que j'apprécie particulièrement.  Nous mangeons le soir chez des amis puis rentrons tranquillement nous coucher...

 

Dans la nuit, à 3h30, je suis réveillée par une douleur difficile à décrire vu l'intensité !!  Qui me déclenche une sympathique envie de vomir... puis quelques autres douleurs pas sympas qui m'empêchent de dormir ou m'offrent en tous cas peu de répit.  A  5h30 le 13 novembre, le rythme s'accélère : des contractions toutes les 10 minutes, ca dure une bonne heure, Zhom n'a pas ouvert l'œil de la nuit, pas perturbé pour un sou. A 6h30, il ouvre un œil et me lance " tu as été malade cette nuit ? «, Je lui réponds que j'ai des contractions, il crie "ouaissssssssssss"

Puis je me lève et la poche des eaux fissure, quelques gouttes et sans plus. Vers 7h30, les contractions sont rapprochées et font mal, je prends ma douche, tranquille, ca fait du bien l'eau chaude, ca fait presque oublié que l'on a mal. A chaque contraction, je me dis que la rencontre avec notre petit lapin approche, que la douleur a du sens, j'utilise la sophro en me disant que je ne veux pas de péri et que j'y arriverai. Nous prenons le temps de déjeuner, je suis prête et l'Homme aussi, puis rupture totale de la poche et inondations.... je me change sans savoir que cela continuera de couler en continue

On prépare les affaires et à  8h45, nous passons voir mes parents en leur annonçant que nous partons à la mat car cela fait bien plus d'une heure que les contractions sont toutes les 5 minutes et que j'ai perdu les eaux. Je n'oublierais jamais leur expression de surprise et d'attente, leur premier petit-fils va pointer le bout de son nez. On vous tient vite au courant.

 

On arrive à la maternité à 9 h et on croise Fred (le Zhom d'Angélique qui est aussi à la mat : jolie coïncidence). Les contractions sont très douloureuses et rapprochées toutes les 3 minutes, la sage-femme me reçoit, me fait pisser dans un bocal et monter sur la balance (!!!), j'ai cru que j'allais la bouffer (la sage-femme et la balance ;-)

Elle m'ausculte et m'indique que je suis ouverte à 1 à 9h30, j'ai l'impression que je vais me pendre (pardonnez moi l’expression). Les contractions vont alors totalement s'arrêter, C'est incompréhensible car la poche est totalement rompue. Je marche, je marche.

A midi, j'ai l'honneur de rendre visite à Angélique qui dans les minutes qui suivent  donnera naissance à Louis. Nous sommes arrivées quasiment au même moment à la mat, et le petit Louis vient de naître alors que je n’ai plus de contractions... ca me désespère.

J'étais naïvement persuadée que lorsque le travail commençait naturellement il ne pouvait s'arrêter !

 

J'ai ma copine Mélanie qui bosse en médecine interne ce jour-là, je lui fais quelques visites, ça me distrait.

A 15h, Zhom rentre faire un tour à la maison, les contractions reprennent de plus belles, je suis super contente et me dit que le travail avance. Contractions toutes les 5 minutes qui vont durer, durer, durer.

A 16h30 ma cops m'appelle pour aller prendre le goûter avec elle, c'est crêpes maison et Nutella. San pitié je mange, j'ai besoin de force, ca fait plus de 12h que je suis en travail. Entre 2 contractions, je savoure mes crêpes et j'amuse les collègues de ma cops. Même en ayant mal, je fais la con ;-) c'est naturel chez moi. Ca me permet aussi d'oublier le temps de quelques instants cette douleur si intense et indescriptible. Notre rencontre approche.

 A 17h30, vu dans l'état dans le quel je suis, ma cops et ses collègues infirmière me conseille d'aller me faire examiner, car j'ai l'air en piteux état.

 

Je remonte à la mat et à 18h, et croise Angélique, Fred et leur beau Louis qui sorte du bloc de la mat.

Monito qui monte à 140/150 au niveau des contractions et toucher : je suis à 2 !!!!!  La, je me dis que c'est impossible, que la sage-femme se trompe, que les contractions sont tellement douloureuses et rapprochées que je VAIS accoucher. Elle m'explique que ce sont des contractions similaires à celle de l'accouchement vu l'intensité et la fréquence mais qu'elles ne jouent pas sur le col. Elle me parle de péri, je refuse. Je commence à être fatiguée mais je tiendrai bon. Elle me propose un peu de morphine m'expliquant que cela atténuera la douleur et que je pourrai un peu dormir...

Je planais mais souffrais le martyre, c’est le bon mot ! Zhom arrive, je lui explique que j'en peux plus car j'ai tjrs des contractions toutes les 5 minutes.

 A 21h, je suis enfin ouverte à 4 mais épuisée j'accepte la péri qui ne fait pas effet. L'anesthésiste, super gars, part sur une césa pendant 3/4 d'heure, je suis alors ouverte à 6 et explique à Zhom que je vais crever et que j'ai envie de sauter par la fenêtre, ce à quoi il répond que celle-ci est fermée. Je lui demande alors à ce moment là, gentiment de bien vouloir fermer sa gueule. Il dort sur mon lit, juste à côté de moi, j'ai envie de le frapper ! C’est moi qui ait mal et qui n'ai pas dormi depuis si ...........longtemps et c'est lui qui est fatigué, ce n’est pas le monde à l'envers. Il a été formidable pour le soutien qu’il m’a apporté mais je préférais quand il ne disais rien ;-)

21h45 : voilà la péri et quel soulagement, la péri est dosée au top, je sens chaque contraction. La sage-femme m'explique que l'on attend la dilation complète qui arrivera vers minuit. Lapinou n'est absolument pas descendu dans le bassin, il faut attendre max 2 h et ensuite pousser si besoin. A 2h du matin le 14!!!, la SF arrive, bébé n'est pas descendu mais il faut quand -même le faire sortir ! En poussant !!!!

 

Quelle subtilité !! Pousser quand on n’a aucune envie, ben oui bébé ne descend pas donc il ne pousse pas ! Je m'attèle à cet effort avec les forces qu'il me reste. Je pousse avec les joues, ce n’est pas le bon endroit ! Une auxiliaire de puer arrive pour m'aider, elle m'appuiera sur le ventre afin que je sente sa main et que j'essaie de la soulever pour m'aider à pousser.

 Après 20 minutes de poussées non stop avec appui costaud d'un coude sur mon bide afin que Mr LAPINOU ne remonte pas au lieu de descendre, la SF m'explique que Mr Lapin est coincé dans le bassin et qu'il va peut-être falloir utiliser la ventouse. A ce moment-là, je me mets à redoubler d'efforts pendant les poussées.

Je me dis que nous n'avons pas fait tous les 3, tout ce chemin pour finir comme cela. Je pousse comme une dingue et sens mon petit descendre.

 

Il est 2 h 34 : On me propose de l'attraper à sa sortie en le prenant de moi sous les bras.... c'est juste magique.

Le voilà, je viens de le poser sur moi, il est particulièrement paisible et beau (ce n'est que mon avis). C'est le moment le plus beau de toute notre vie. Nous lui souhaitons la bienvenue.

 

(Évidemment, vu le temps et la nécessité de la force de la poussée : ½ h de couture pour 7 points internes et 4 externes et un saut de sage-femme sur mon ventre pour faire sortir le placenta ;-)    )

 

La VIE prend tout son sens, quel moment unique et merveilleux, quelle réussite ce  petit d'homme ! 

 Il est tellement calme, fatigué aussi par le chemin qu'il a parcouru, pour lui ce fut bien plus qu'un marathon. A ce moment, je comprends que je pourrai mourir pour lui si cela doit le sauver.

Zhom est devenu à ce moment un père formidable, c’est la révélation : un papa exceptionnel est né.

 

Ce jour-là, 11 bébés sont nés pendant que je me préparais à accueillir notre Lapinou qui après presque 24 heures de travail est venu parfaire nos vies.

 

future jedi 28/11/2011 23:20


AHah la réplique de Zom est juste fabuleuse mdr !! La fenêtre est fermée ahah !!


Ma pauvre t'a peiné quand même mais pr un joli lapinou qui en vaut la peine ;-)

lafamilledeslapinsverts 29/11/2011 07:49



oui ca en valait la peine, et puis cela ne m'empecheras pas de recommencer. Tout ce travail avait un but, mettre au monde notre bébé, et ca c'est juste magique ,ce moment et la suite aussi !



Magali VA © 2016 -  Hébergé par Overblog