la parentalité à l'épreuve du manque de sommeil ...

  • lafamilledeslapinsverts
  • Notre Petitou

Je n'ai pas écrit depuis très longtemps.

Peut-être que je n'avais ni l'envie, ni la force de poser des mots sur des maux.

Voilà plus de 11 mois que Petit Hibou est né et nous commençons à connaitre de bons moments. C'est terrible de dire cela, mais cela est bien agréable de ne plus avoir peur d'être seule face à un bébé inconsolable, un bébé qui ne dort pas ou très peu.

 

Petit Hibou nait le 9 février 2013 avec un accouchement de rêve, sans péri, position physio, arrivée à 22h30 à la maternité, Aaron nait à 23h31, 3 jours après je sors, c'est tellement facile cette deuxième maternité. Je fais mes choix, juste MES choix en fonction de bébé et de mes besoins. L'idéal des premiers jours disparait au bout de 3 semaines et notre bébé si calme et serein devient un bébé nerveux, qui ne dort quasi plus sauf en écharpe, qui ne boit quasi plus et qui pleure. Je reconnais immédiatement les symptômes de l'œsophagite (petit Grand Lapin a lui aussi souffert d'un RGO interne et d'une APLV). RDV pédiatre et mis en place traitement puis quelques semaines plus tard, lait spécifique.

Petit hibou a eu parfois quelques temps de répit puis retombait en œsophagite. J'ai passé de nombreux moments souvent les lundis, mes jours de temps partiels à pleurer, à appeler mon mari à bout, parce qu'aucun des garçons ne dormaient et que j'étais épuisée par une présence H24, même si soutenue.

Je me sentais vampirisée par ce petit être qui demandait (trop) pour moi, j'avais l'impression de ne plus exister, il pleurait tellement, je passais ma journée à me demander quand j'allais pouvoir le poser. Les repas étaient devenus l'horreur, petit hibou buvait ses biberons en 15 fois, les endormissements étaient durs et les réveils nocturnes insupportables. Petit Hibou prenait très peu de poids. Nous avons fait des tours de voiture, des tours de poussette avec le vent, avec la pluie pour juste quelques minutes de répit, pour que tu puisses enfin te reposer et nous aussi.

 

IL y a quelques jours encore, petit hibou a pleuré parfois tous les 1/4 d'heures, toutes les 1/2h pendant toute la nuit et le lendemain, lever 6h pour partir au boulot. Il m'est arrivé plus d'une fois de verser des larmes en arrivant au travail à la simple question : " ça va ?", cela s'est produit encore cette semaine. Mes collègues, ma famille et nos amis ont toujours eu des mots de réconforts ou d'humour qui font du bien.

 

Etant aussi professionnelle du soutien à la parentalité, je me suis beaucoup poser de question sur le lien, notre lien qui était mis à mal par la fatigue, par le trop (trop de pleurs, trop de difficultés, trop de disponibilité, trop de douleurs), tout était compliqué avec notre bébé, parfois absolument tout...

 

Je me culpabilisais de ressentir une telle colère contre mon bébé, lui qui n'avais rien demandé, mais moi je demandais juste du répit, juste un PEU de répit.

 

Combien de fois, je me suis dit que nous aurions dû attendre, que nous aurions dû attendre plus longtemps avant de faire un deuxième, puis j'ai essayé de relativiser en me disant que chaque épreuve avait un sens mais je ne trouvais aucun sens à celle-ci. Je ressentais de l'injustice et de l'incompréhension de la part de certaines personnes. C’est normal qu'un bébé ne dorme pas. Mais bien sûr, plus d'une fois, j’ai proposé de venir passer une journée ou une nuit à la maison, ironiquement.

 

Que devions nous tirer de cette fatigue, de ce manque de sommeil ? Comment soulager notre bébé ? et comment ne pas se perdre dans tout ça.

 

Et puis cette horrible sensation de ne servir à rien, de ne pas pouvoir apaiser son bébé même en le berçant, le portant. Et puis ces dernières semaines, de nouveau des douleurs, des grosses douleurs qui ne passent pas et puis bientôt des examens plus poussés pour comprendre ce qui se passe parce qu'avoir mal comme cela ce n'est pas une vie pour un bébé.

 

Aujourd'hui, j'écris cet article car c'est une journée chouette, tu grandis, marche et j'apprécie enfin depuis quelques temps de m'occuper de toi toute une journée, sans me poser de questions ni stresser. Je n'ai jamais douté de mon amour pour toi mais j'ai tellement besoin de me retrouver pour être disponible pour toi et maintenant je m'y autorise.

 

J'ai l'impression que la douleur et la fatigue nous ont volé des moments qui devaient être magiques et qui se sont transformés en moment horribles et j'en suis tellement désolée, je le regrette tellement.

 

Je ne pensais pas réussir à tenir le coup, cela me parait parfois insurmontable tellement je suis fatiguée et puis avec Zhom on se soutient, même si parfois il est difficile de gérer les tensions liées à la fatigue. Je constate que nous avons des ressources, des ressources cachées qui nous permettent de tenir et d'essayer de t'accompagner au mieux, parce que c'est bien là l'essentiel ♥

 

J'espère que très vite, nous aurons que des bons moments, des moments ordinaires et extraordinaires.

Je n'ai pas écrit depuis très longtemps.

 

Peut-être que je n'avais ni l'envie, ni la force de poser des mots sur des maux.

 

Voilà plus de 11 mois que Petit Hibou est né et nous commençons à connaitre de bons moments. C'est terrible de dire cela, mais cela est bien agréable de ne plus avoir peur d'être seule face à un bébé inconsolable, un bébé qui ne dort pas ou très peu.

 

Petit Hibou nait le 9 février 2013 avec un accouchement de rêve, sans péri, position physio, arrivée à 22h30 à la maternité, Aaron nait à 23h31, 3 jours après je sors, c'est tellement facile cette deuxième maternité. Je fais mes choix, juste MES choix en fonction de bébé et de mes besoins. L'idéal des premiers jours disparait au bout de 3 semaines et notre bébé si calme et serein devient un bébé nerveux, qui ne dort quasi plus sauf en écharpe, qui ne boit quasi plus et qui pleure. Je reconnais immédiatement les symptômes de l'œsophagite (petit Grand Lapin a lui aussi souffert d'un RGO interne et d'une APLV). RDV pédiatre et mis en place traitement puis quelques semaines plus tard, lait spécifique.

 

Petit hibou a eu parfois quelques temps de répit puis retombait en œsophagite. J'ai passé de nombreux moments souvent les lundis, mes jours de temps partiels à pleurer, à appeler mon mari à bout, parce qu'aucun des garçons ne dormaient et que j'étais épuisée par une présence H24, même si soutenue.

 

Je me sentais vampirisée par ce petit être qui demandait (trop) pour moi, j'avais l'impression de ne plus exister, il pleurait tellement, je passais ma journée à me demander quand j'allais pouvoir le poser. Les repas étaient devenus l'horreur, petit hibou buvait ses biberons en 15 fois, les endormissements étaient durs et les réveils nocturnes insupportables. Petit Hibou prenait très peu de poids. Nous avons fait des tours de voiture, des tours de poussette avec le vent, avec la pluie pour juste quelques minutes de répit, pour que tu puisses enfin te reposer et nous aussi.

 

L y a quelques jours encore, petit hibou a pleuré parfois tous les 1/4 d'heures, toutes les 1/2h pendant toute la nuit et le lendemain, lever 6h pour partir au boulot. Il m'est arrivé plus d'une fois de verser des larmes en arrivant au travail à la simple question : " ça va ?", cela s'est produit encore cette semaine. Mes collègues, ma famille et nos amis ont toujours eu des mots de réconforts ou d'humour qui font du bien.

 

Etant aussi professionnelle du soutien à la parentalité, je me suis beaucoup poser de question sur le lien, notre lien qui était mis à mal par la fatigue, par le trop (trop de pleurs, trop de difficultés, trop de disponibilité, trop de douleurs), tout était compliqué avec notre bébé, parfois absolument tout...

 

Je me culpabilisais de ressentir une telle colère contre mon bébé, lui qui n'avais rien demandé, mais moi je demandais juste du répit, juste un PEU de répit.

 

Combien de fois, je me suis dit que nous aurions dû attendre, que nous aurions dû attendre plus longtemps avant de faire un deuxième, puis j'ai essayé de relativiser en me disant que chaque épreuve avait un sens mais je ne trouvais aucun sens à celle-ci. Je ressentais de l'injustice et de l'incompréhension de la part de certaines personnes. C’est normal qu'un bébé ne dorme pas. Mais bien sûr, plus d'une fois, j’ai proposé de venir passer une journée ou une nuit à la maison, ironiquement.

 

Que devions nous tirer de cette fatigue, de ce manque de sommeil ? Comment soulager notre bébé ? et comment ne pas se perdre dans tout ça.

 

Et puis cette horrible sensation de ne servir à rien, de ne pas pouvoir apaiser son bébé même en le berçant, le portant. Et puis ces dernières semaines, de nouveau des douleurs, des grosses douleurs qui ne passent pas et puis bientôt des examens plus poussés pour comprendre ce qui se passe parce qu'avoir mal comme cela ce n'est pas une vie pour un bébé.

 

Aujourd'hui, j'écris cet article car c'est une journée chouette, tu grandis, marche et j'apprécie enfin depuis quelques temps de m'occuper de toi toute une journée, sans me poser de questions ni stresser. Je n'ai jamais douté de mon amour pour toi mais j'ai tellement besoin de me retrouver pour être disponible pour toi et maintenant je m'y autorise.

 

J'ai l'impression que la douleur et la fatigue nous ont volé des moments qui devaient être magiques et qui se sont transformés en moment horribles et j'en suis tellement désolée, je le regrette tellement.

 

Je ne pensais pas réussir à tenir le coup, cela me parait parfois insurmontable tellement je suis fatiguée et puis avec Zhom on se soutient, même si parfois il est difficile de gérer les tensions liées à la fatigue. Je constate que nous avons des ressources, des ressources cachées qui nous permettent de tenir et d'essayer de t'accompagner au mieux, parce que c'est bien là l'essentiel ♥

 

J'espère que très vite, nous aurons que des bons moments, des moments ordinaires et extraordinaires.

 

* * *

 

Cet article est pour toi Aaron, et pour tous les parents qui ont manqué, qui manquent ou manqueront un jour de sommeil et qui devront faire face à la douleur de leur enfant.

Pour que tous, nous nous rappelions que cela passe et

que l'amour et la bienveillance sont une force ♥

 

* * *

Image-sans-titre.png

chevasson 11/08/2016 09:09

tres joli temoignage qui m a vraiment touché, en effet nous sommes bcp a nous poser les mêmes questions face aux pleures de nos bout de choux, sommes nous de bon parents, est ce que l on fait bien... et c est encore plus difficile de se sentir impuissant face à la douleur de nos bambins! mais une chose est sur c est que personne n'a la recette pour etre le parent parfait car chaque situation est propre à soit même. ce qui est certain c est que tes loulous ont de la chances d avoir une maman qui les aime autant et grace à cette amour je suis certaine qu a leur yeux tu es la maman parfaite. Je suis famille d accueil depuis 1 an et j accompagne un petit garçon qui va faire 2 ans il ne vois casi plus ca maman, c est tres compliqué pour lui déjà si jeune et pas facile tous les jours mais ce qui est sur c est que nous lui offrons pleins d amour lui qui en a tellement manqué...nous endossont ce role tres important de parents de substitutions qui je l espere l aidera à grandir et s épanouir correctement. Bon courage pour la suite et je te souhaite plein de bonheur avec tes enfants.

lafamilledeslapinsverts 24/12/2016 18:07

Bonsoir, que c'est difficile d'accompagner des enfants sans racine... mais la bienveillance et l'empathie sont des outils magnifiques pour apaiser les relations !
Merci beaucoup pour votre commentaire ! c’est toujours agréable de voir que des personnes apprécient mon blog.
Je n’écris plus à cette adresse et vous invite à me suivre soit sur facebook,
Soit sur mon site http://www.magali-vonarbourg.com
En vous inscrivant à la newsletter, vous recevrez mensuellement des astuces ;-)
Bonne route sur la bienveillance

maman2loulous 13/07/2016 22:32

Article très joliment écrit ;-) Tout comme toi, j'ai espoir en cette force de l'amour avec mon conjoint. Les premiers mois avec p'tit bout n'ont pas été faciles non plus mais maintenant, c'est que du bonheur ! Et dans quelques semaines, l'arrivée de sa p'tite soeur ...

Marcus D 13/04/2015 16:36

C’est tout à fait normal qu’on soit irrité quand on manque de sommeil, mais heureusement que les bébés grandissent.

Magaly 06/01/2015 14:03


Bonjour et merci pour ce témoignage. J'a tellement vécu ça avec ma fille, moins avec mon fils mais c'est difficile d'être dispo à son enfant quand on est faitiguée, que dis-je épuisée, j'ai géré
toute seule pour ma fille dont je suis maintenant séparée du papa, le père de mon fils est beaucoup plus présent et nous discutons et il sait tous les efforts que ça demande. Sans le soutien et
l'amour de son conjoint c'est très difficile. MERCI MERCI

Magali VA © 2016 -  Hébergé par Overblog