Assistante sociale mais aussi épouse,mère,fille, amie, soeur....

Spécial dédicace à Camille qui m'a suggéré cet article "jusqu'où notre vie prof a un impact sur notre vie perso, familiale, de mère..."  

Au final,je crois que peu de personne savent vraiment quel travail je fais...


Petite piqure de rappel

Je suis assistante sociale en placement familial. En gros, j'accompagne les enfants et ados ainsi que leur famille dans le cadre de placement suite à une décision judiciaire ou en accueil provisoire. Je suis amenée parfois à effectuer des placements d'urgence et à aller chercher les enfants chez leurs parents.

Eh oui la vilaine assistante sociale qui volent les enfants c'est moi ! (rires...)

 On remet les choses à leur place ! Les enfants sont toujours placés suite à des décisions judiciaires ou sur demande/ou avec l'accord de leur(s) parent(s) et ca,que cela soit bien clair, ce n'est pas MOI qui décide.

J'accompagne 24 enfants/ados et leurs familles ainsi que la famille d'accueil. Je suis Le référent de l'enfant, à ce titre, je me dois ou devrais "tout savoir", sur son histoire familiale, son génogramme, sa scolarité, sa personnalité, ses difficultés, les différents suivis qu'il a et ainsi je suis sollicitée par l'ensemble des personnes qui l'entourent afin de trouver des solutions, LA solution que tout le monde attend... et que bien souvent je n'ai pas puisque je ne suis qu'une assistante sociale et pas une Fée.

Dans ces 24 accompagnements, il y a des petits de 3 ans à des ados de 16. J'accompagne leur famille à être parent ou non dans le cadre du placement de leur enfant. Ces parents sont papas solos, ou couple ou maman solo ou inexistants pour leur enfant.

Il y a des parents souffrant de troubles psy (sociopathes, schizophrènes, bi-polaires ou paranos), des parents carencés affectivement, des parents maltraitants ou bien encore des parents avec des limites intellectuelles. Il y a des parents agressifs, voir injurieux et menacants, d'autres coopérants et demandeurs, d'autres absents, mais bien souvent des personnes très touchantes....

Quoi ??? ce n'est pas rose tous les jours ? et non ! mais les relations humaines sont très enrichissantes et j'en apprends sur moi et les autres chaques jours !

J'adore mon travail,accompagner les parents à être parents avec les difficultés que sont les leurs est passionnant. Accompagner les enfants à grandir,c'est aussi très enrichissant et parfois tellement difficile ...Cela demande de la patience,de l'écoute, de l'empathie, de la créativité et du temps....car oui je suis fonctionnaire,mais avec une flexibilité et une amplitude horaire qui parfois souvent frôlent l'innaceptable pour le conjoint. Parce que oui dans mon histoire, il y a un mari et un ptit lapin de 16 mois....  Je me souviens à la reprise du travail quand mon petit lapin avait 3 mois et demi, être rentrée à plusieurs reprises et avoir vu mon petit couché... sans que je l'ai caliné, bercé ou même accompagné pour la nuit... et là il m'est arrivé de pleurer parce que j'ai eu l'impression de passer à côté de l'essentiel...


Je considère mon travail comme du travail social imposé : les parents ne nous sollicitent pas par plaisir mais souvent par obligation,parce que leur droits de visite est organisé par le service de l'Aide sociale à l'enfance même s'ils sont octroyés par le Juge des Enfants.

      Pour faire ce boulot, il faut être ouvert, mais à un degré ....bien supérieur à la moyenne ! ben oui, parce que travailler avec un parent qui terrorise ou maltraite son enfant et l'aider à être parent après certains accidents/ incidents, ce n'est pas toujours simple.. 

 

L'impact de mon travail sur ma vie en général....

Il m'est arrivé d'être touchée ... et plus d'une fois. Par un parent, tellement mal aimé dans son enfance qu'il ne sait finalement pas comment aimer son propre enfant. Touchée également par les enfants, par leur innocence et la douleur qu'ils ressentent à avoir un parent différent ou défaillant.

Et puis également touchée par des familles d'accueil,qui parfois donnant le meilleur d'elle-même n'arrive pas à atténuer les souffrances, les troubles de l'attachement des enfants qu'elles accueillent.

Ce qui est d'autant plus compliqué c'est la spécificité de travailler dans l'enfance et de savoir l'impact des paroles et des actes sur les enfants. Mais c'est aussi se rendre compte que lorsque l'on a des enfants, on peut détruire leur confiance, leur estime de soi, leur enfance par des paroles.

Une grossesse difficile, non désirée, un accouchement dramatique, une éducation drastique, le poids des mots et des gestes, tout cela prend sens chez l'enfant et finalement on pense souvent à notre enfant. et parfois on se culpabilise  de ne pas "assurer" comme il le faudrait !

Dans le privé, ce qui m'énerve souvent, c'est le fait de me prendre pour une nouille en matière d'éducation parce que je n'ai qu'UN enfant de 16 mois seulement. si les gens savaients combien de temps dans ma journée, semaine, mois, j'accompagne les familles d'accueil et les parents à être cohérents et structurants pour les enfants alors peut-être que ces gens là, feraient juste moins de reflexion.... Après je n'ai pas la science infuse, maisla pratique du terrain, le temps qui passe, les lectures et formation enrichissent le quotidien pro et perso...

Je ne suis pas parfaite, j'ai du caratère, dans ma vie privée et au travail, je déconne beaucoup mais HEUREUSEMENT parce que dans ce boulot, si tu ne ris plus ,tu te pends. car parfois les situations sont dramatiques et générent beaucoup de souffrance et il est essentiel de décompresser...

 ----------------------------------------------------------------

Accompagner un parent qui de part sa pathologie, totalement indépendante de sa bonne volonté génére de l'angoisse et des troubles du comportement  chez son enfant,c'est DIFFICILE.

Accompagner un enfant dans son histoire de placement, c'est difficile.

Aller chercher un enfant au domicile de son parent, c'est violent tant pour le parent que pour l'enfant. 

Allez chercher un bébé à la maternité c'est extrement difficile.

Voir un nourrisson allez mieux en étant éloigné de sa mère, c'est incroyable et pourtant ca arrive.

Rédiger des signalements pour abus sexuels, cela est difficile.

Avoir une famille d'accueil qui pleure parce qu'elle n'en peut plus du gamin qui vole, ment, fugue : c'est difficile.

Alors oui cela remue,et parfois souvent on rentre lessivée et on attend de retrouver la normalité,la norme.

----------------------------------------------------------------

En tant qu'amie, je crois que j'arrive à être une oreille attentive,enfin j'essaie mais parfois quand les enjeux sont importants, je n'hésites pas à dire les choses...

J'ai en général un moral à toutes épreuves (ou presque) ... et positive souvent !! Je suis une râleuse, au travail comme dans ma vie...

Même au travail,je suis  "MOI". Je travaille avec ce que je suis, mes inspirations et orientations éducatives m'aiguillent dans l'accompagnement que je fais... J'utilise les approches de Filliozat et Faber et Mazlish dans mes entretiens tant avec les adultes qu'avec les enfants... Le respect des émotions des enfants et celle des adultes, la communication non violente sont des outils indispensables dans le travail social...

Alors oui je déteste faire du social dans ma vie privée mais autant je ne souffre pas ou peu au travail de voir toutes ces difficultés autant je ne supporte pas lorsque mes amis frappent ou disent des choses disproprotionnées à leurs enfants devant moi, ca me blesse. J'ai mal pour leurs enfants.

Je ne supporte pas que l'on me dise qu'un jour, je vais y arriver à la fessée... que je materne trop, que d'accompagner les pleurs de mon fils va faire de lui une chochotte. Bref, mon travail et mon tempérament m'ont permis d'acquérir une certaine confiance sur l'éducation l'accompagnement bienveillant de notre fils. Oui,je ne le laisse pas pleurer et surtout pas pour s'endormir et pour les prochains cela sera pareil...

Je suis intolérante au racisme et à l'homophobie et suis un peu féministe alors les discours à la con sur les femmes si les femmes cà, ca me saoule vite... Ce côté là peut parfois énerver mais moi,les injustices je ne supporte pas. 

Bref autant je suis tolérante dans mon travail autant les conneries des autres dans le privé, ca m'agace et me saôule vite....

J'ai besoin dans mon cercle amical,d'avoir des gens vrais et sincères, une amitié à double sens,sans compétition quelconque, ce qui m'a amené à faire beaucoup de tri. 

J'ai parfois besoin de me retrouver avec des personnes qui ont à peu près la même vision que moi pour me ressourcer...plus le temps passe, plus cela devient vital.

J'ai aussi la chance d'avoir des collègues fantastiques avec qui je suis moi....entière ,vraie, sans filtre et ça c'est juste magique.

Maintenant cela fait 4 ans et 3 mois que je fais ce travail qui me passionne...mais je pense que d'ici quelques temps,il faudra que j'aspire à plus de disponibilité pour ma famille.

 

J'attends vos réactions ..... à vos claviers

 blog.jpg

ninoune 29/04/2013 11:23


Bonjour, je suis étudiante en IFSI et suite à une situation vécue en stage j'aurai plusieurs question à vous poser.


Comment se déroule une decision de placement d'un enfant dans une famille d'accueil lorsque ce dernier est hospitalisé ? Est ce le pédiatre qui décide du placement ? dans ce cas quel est votre
role ?


merci d'avance pour vos réponse :)

maman elfe 17/03/2012 22:40


En effet je n'avais pas vu ton article...


c'est difficile pour moi de commenter parce que tes mots résonnent en moi, parce que des fois je suis en colère non pas contre ta profession mais contre les barrières que  nous mettent les
autorités et qui mettent les enfants en danger... Je suis parfois une grande révoltée mais je me soigne^^


bravo pour cet article touchant!!!!

Magali VA © 2016 -  Hébergé par Overblog