Seconde journée de formation : Faber et Mazlish à nous 3

Un petit grand  résumé de ma seconde journée de formation.

J’ai été passionnée, chamboulée et je suis sortie enrichie et pleine d’espoir.

Nous avons abordé un thème fondamental et difficile : la punition

Cela bouleverse la majorité des participants qui ont eu, personnellement des punitions dans l’enfance et l’adolescence mais surtout suite à notre éducation, nous avons tous quasiment puni nos enfant. 

Anne-Sophie Thiry indique « il n’y a pas de place pour la culpabilité ». En effet, ces ateliers remuent les participants mais n’ont pas pour objectifs de culpabiliser, ils permettent juste d’acquérir des outils afin d’améliorer la communication avec nos enfants mais aussi les personnes qui nous entourent.

En effet, il y a beaucoup d’autres solutions que la tape, la fessée ou même la punition.

En effet, lorsque l’on utilise ses procédés, l’enfant peut traverser différents sentiments : la colère, l’humiliation, il peut se sentir nul, dévalorisé, mal aimé….


Les grandes idées :

la punition  n’a pas de sens, elle va à l’encontre du message que l’on veut transmettre à notre enfant : lui faire comprendre que son comportement n’était pas adapté et qu’il ne doit pas recommencer.  De plus, elle n’est jamais en adéquation avec la « bêtise ».

Une partie de la journée était donc destinée à proposer des solutions pour remplacer la fessée. Mise en scène, jeux de rôle afin de savoir ce que l’enfant et le parent ressentent dans des situations bloquées puis second essai avec les pistes de travail proposé … et là c’est presque le miracle, j’ai dit presque parce que cette méthode apporte des outils cotrets et cela fait du bien !

Puis des situations concrètes : comment  faire ses courses avec ses enfants sans que cela se termine en règlement de compte ou en course-poursuite  ….

Et puis parallèlement, nous « apprenons » à animer les ateliers et à guider les participants vers ces outils  afin de les accompagner vers l’éducation bienveillante.

Je ne développe pas plus car cela serait bien trop long et  je vous invite à venir découvrir cela en atelier  …

 

Anne-Sophie nous a parlé de nombreuses fois de l’authenticité avec laquelle il est important de parler à nos enfants.

Elle a cité également Gary Chapman, un conseiller conjugal américain, il existerait en fait 5 langages de l’amour  et, si on peut être réceptif à plusieurs langages, il y a généralement un langage qui prédomine et pour éviter toute incompréhension, il vaut mieux, au plus vite, comprendre quel langage est privilégié par l’autre.

  • Les paroles valorisantes
  • Les moments de qualité
  • Les cadeaux
  • Les services rendus
  • Le toucher physique

 

Une journée passionnante, qui m’a donné vraiment envie d’approfondir tous ces outils mais surtout de les partager…..


Demain : dernier jour nous nous pencherons sur « encourager l’autonomie » et « compliments et estime de soi » ainsi que sur l’animation à proprement dit afin d’accompagner les participants avec ces outils.

enf

Magali VA © 2016 -  Hébergé par Overblog